GRAND DEBAT SUR L’AVENIR DU MECENAT

Profil de Admical Admical Admical, le 18 avril 2017 | 0 commentaire

soutenir l'engagement et sécuriser les pratiques des mécènes.png

N’attendez pas que le dispositif de soutien au mécénat soit réellement attaqué pour le défendre ! 

La loi Aillagon a constitué un changement décisif pour le financement des organismes d’intérêt général et l’encouragement de l’initiative privée. Depuis 2003 le mécénat a connu un essor sans précédent ; il est désormais au cœur des changements de notre société.

Les différentes attaques contre le dispositif fiscal existant, ainsi que les incertitudes liées à son application, ont cependant créé à partir de 2012 une frilosité des mécènes à s’engager de manière plus conséquente. Après quelques années de stagnation, la hausse très positive constatée en 2016 et le souhait exprimé de près de 80 % des entreprises mécènes de stabiliser ou d’augmenter leurs budgets mécénat d’ici à 2018 montrent qu’une dynamique est en marche. Il faut donc tout faire pour la favoriser ! 

Pour ou contre les propositions suivantes ? Votre avis nous intéresse ! 

  • La préservation du cadre de la loi Aillagon : Toute remise en cause du système serait un message de défiance envoyé aux mécènes et ralentirait sensiblement le développement de l’initiative privée en faveur des causes d’intérêt général. Admical considère qu’il est donc indispensable de maintenir le cadre mis en place dans le cadre de la loi Aillagon.

  • Ne pas restreindre le champ du mécénat international L’encadrement de la pratique voulu par l’instruction fiscale n’est pas en phase avec une réalité et les besoins sur le terrain. Il serait préférable de préserver l’intégrité de l’ensemble des champs de l’intérêt général tels que définis dans les textes de loi et en particulier à l’article 238 bis du Code général des impôts, tout en œuvrant à une meilleure maitrise des relations de partenariats qui peuvent s’instaurer depuis la France vers l’étranger.

  • Faire des pouvoirs publics un facteur de lien entre mécènes et associationsLe mécénat, s’il est une réponse aux problèmes de société accentués par la crise, ne peut exister seul. L’avenir du mécénat se construira collectivement, à travers des partenariats où chacun apportera sa contribution et son expertise à l’intérêt général !

  • Mettre en oeuvre une politique interministérielle volontariste et lisible sur le mécénatLa création d’une délégation interministérielle chargée du mécénat permettrait d’aboutir à une politique plus harmonieuse et lisible pour l’ensemble des acteurs du secteur. Rattachée à Matignon, cette délégation réunirait des représentants de l’administration, des collectivités territoriales, du Parlement, ainsi que des fondations, des associations et des entreprises.  

En quelques minutes et grâce à vos votes sur www.avenir-mecenat.fr contribuez au plaidoyer d’Admical. Ainsi, nous pourrons construire ensemble le mécénat de demain.   

0 commentaire